Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 13 avril 1919, à Amritsar au Pendjab, les soldats britanniques du brigadier-général Dyer tirent sur la foule, assemblée pour dénoncer les arrestations arbitraires : 379 morts et 1200 blessés pour 1650 balles tirées... Pour comprendre l'ampleur du carnage, il faut savoir que le seul accès du Jalianwalla Bagh, le jardin où a lieu le meeting, est bloqué par la troupe, qui utilise une auto-mitrailleuse.

Malgré la loyauté des troupes coloniales de l'Empire des Indes pendant la Grande Guerre, le statut de la colonie n'évolue pas vers l'autonomie, comme le souhaitaient de nombreux Indiens, enviant le statut de dominions de l'Australie ou du Canada. Les troubles, depuis la fin de la guerre se multiplient, et le massacre d'Amritsar constitue un tournant dans les revendications indépendantistes.

Pour Gandhi, en tout cas, c'est la rupture avec l'idée d'une autonomie au sein de l'Empire. Désormais, ce sera l'indépendance, et rien d'autre, malgré les quelques efforts des autorités coloniales pour augmenter le nombre de représentants indiens dans les parlements locaux. Il est trop tard, après Amritsar, pour les concessions et la réconciliation. C'est la politique de non-coopération qui commence.

Et quand un peuple de 250 millions d'habitants se met en marche, rien ne peut l'arrêter.
Les grèves massivement suivies, succèdent au boycott des produits anglais, et notamment des cotonnades venues des usines anglaises, et fabriquées avec le coton produit par les paysans indiens, boycott s'étendant peu à peu à toutes les institutions britanniques...
Malgré les tensions très vives pendant les années trente, entre les communautés hindoue et musulmane, le mouvement se renforce et s'incarne en la personne du Mahatma.

En mars 1930, afin de protester contre la lourde taxe sur le sel imposée par les autorités coloniales qui possèdent le monopole des marais salants , Gandhi emmène derrière lui, sur une route de près de 400 km, de Ahmedabad à Dandi, au bord de l'Océan Indien, des milliers de marcheurs, afin de ramasser leur sel.
Partout en Inde, des manifestants investissent les plages et les dépôts de sel contrôlés par les Britanniques.
60 000 personnes sont arrêtées, ainsi que Gandhi.

Churchill, dans l'opposition à l'époque, et qu'on connut plus inspiré, ironise sur le "fakir séditieux à moitié nu"...
Mais, incapable d'enrayer le mouvement de non-coopération, le vice-roi des Indes est contraint de libérer le petit "fakir séditieux" et tous ceux qui croupissent dans les geôles anglaises.
Et le mouvement de non-coopération se poursuit.

Rien ne semble plus dérisoire, pourtant, que de ramasser une poignée de sel sur une plage...

(Photo : Discours de Gandhi, sur la plage de Dandi, au terme de la Marche du Sel.)

Tag(s) : #Colonisation, #Luttes, #Asie, #Peuples !, #Résistances

Partager cet article

Repost 0