Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 22 avril 1500, Cabral...

Sur la route occidentale des Indes, en quête des épices et du mythique Prêtre Jean, Pedro Alvarez Cabral et ses 1200 marins découvrent sur leur route, par mégarde, le Brésil, le 22 avril 1500.

Conformément au Traité de Tordesillas, signé six ans plus tôt, où l'Espagne et le Portugal se partagent le monde avant même de l'avoir découvert, cette terre nouvelle sera portugaise.

Du bois rouge, le bois de braise, dont on tire une teinture et qui donne son nom au Brésil, du sang des Indiens, réduits à l'esclavage et décimés, du sang des Africains, importés dès 1550 par les négriers portugais mais surtout français et britanniques, la colonie prospère...
Pour un temps seulement, L'Amazonie demeure un refuge pour les tribus indiennes, et les nègres marrons.


Amazone


Amazone,
capitale des syllabes de l'eau,
père patriarche tu es
la mystérieuse éternité
des fécondations,
Les fleuves choient en toi comme des vols d'oiseaux,
Les pistils couleur d'incendie couvrent ta course,
Les grands troncs morts t'emplissent de parfum,
La lune
ne peut te surveiller, ne peut te mesurer.
Tu es chargé de sperme vert
tel un arbre nuptial, tu es argent
sous le printemps sauvage,
tu es rouge parmi les planches
et bleu dans la lune des pierres,
habillé de vapeur ferrugineuse,
lent comme un chemin planétaire.

Pablo Neruda, Chant Général, Mexico, 1950.


(Carte du Brésil colonial, 1519)

Tag(s) : #Amériques, #Colonisation, #Peuples !, #Poèmes !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :