Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'égalité barrée !

Après l'élimination de Robespierre, en juillet 1794, les Girondins survivants sont réhabilités. La réaction est ainsi renforcée, la République devient bourgeoise. Il en est fini du gouvernement révolutionnaire.
Peu à peu, ce qui reste des Montagnards et des Jacobins est éliminé, tandis que les suspects, royalistes, accapareurs, prêtres réfractaires, sont élargis.

Le mythe de la Terreur, sanguinaire et inhumaine, est en train de naître. Les derniers révolutionnaires sont des "buveurs de sang", des "terroristes", selon la presse modérée et royaliste, qui se déchaîne.
La violence réactionnaire est à son comble, opposant les jeunes bourgeois et aristocrates aux soldats restés fidèles à l'esprit de 1792, et aux survivants des Jacobins.

Et le peuple ? Le peuple de Paris, organisé en comités révolutionnaires, ces Sans-Culotte qui font pourtant partie de l'imaginaire national, a vécu la normalisation comme une humiliation.
Le 1er avril 1795, le 12 germinal de l'an III, ce peuple est dans la rue.
La répression est sanglante, et les "terroristes" sont arrêtés.
La Terreur Blanche s'abat partout en France sur tout ce qui ressemble à un révolutionnaire.

Quelques mois plus tard, quand les nouveaux conventionnels rédigent la constitution, quelques libertés sont prises avec l'esprit de 1789...
C'est le moins que l'on puisse dire.

Dans ce document de travail interne de la Convention Thermidorienne, qui prépare la constitution du Directoire, sous la plume de Claude François Daunou, girondin, le mot ÉGALITÉ est barré à plusieurs reprises :

- Dans l’article : « les droits de l’homme en société sont la liberté, <l’égalité est supprimée>, la sûreté, la propriété ». Dissociée de cet article, l’égalité est traitée dans un article séparé. Sur ce manuscrit , on ne dispose que des premiers mots (l’égalité), la suite correspond certainement à l’article 5 du projet ou à la première partie de l’article 3 du texte définitif : « l’égalité consiste en ce que la loi est la même pour tous, soit qu’elle protège soit qu’elle punisse ».

- dans l’article 1, entièrement rayé par Daunou : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

- dans l’article 2 : « Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits ».

Plus d'égalité... simplement des "droits"...

Si l'égalité est finalement réintégrée dans la version finale : « les droits de l’homme en société sont la liberté, l’égalité, la sûreté, la propriété », ces ratures révèlent bien les orientations de ce Directoire en gestation :

L'égalité y est en débat. La Révolution se passera du peuple.

De même, le droit à l'INSURRECTION est immédiatement remis en cause, dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

L'ordre bourgeois est rétabli.

Tag(s) : #Révolutions, #Egalité !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :