Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Danton : La récupération !

Le 5 avril 1794, Danton, Camille Desmoulins, Hérault de Séchelles et Fabre d'Eglantine, principaux meneurs des Indulgents, qui réclament la fin de la Terreur, sont menés à l'échafaud.

Danton... intéressant cas d'école de l'historiographie de la Révolution... et des récupérations politiques de l'histoire.

Lorsque la IIIème République s'enracine par la référence constante à la Révolution Française, en adoptant, contre le drapeau blanc des Royalistes, le drapeau tricolore, la Marseillaise comme hymne national, Marianne, coiffée du bonnet phrygien, comme allégorie de cette République, elle crée aussi un panthéon de figures de références, préfigurant la mythologie républicaine, profondément ancrée dans nos esprits.

Robespierre est un mauvais candidat pour les Républicains de 1870... Il est défendu avec acharnement par l'historien socialiste Albert Mathiez, qui s'oppose au radical Alphone Aulard (qui fut son ancien directeur de thèse !).
Mathiez dénonce l'incontestable corruption de Danton, et fonde une revue pour la défense de Robespierre, tandis qu'Aulard milite activement pour que Danton incarne, pour la jeune république, l'esprit de la Révolution Française...

Pour la Troisième République, qui prospère sur les cendres de la Commune et sur les ossements des Communards, il est délicat de réhabiliter la mémoire de Robespierre.

Dès la Convention Thermidorienne, le discrédit est jeté sur celui qui, pourtant, était soutenu par les comités populaires de Paris, par ces Sans-Culottes, militants actifs très politisés et informés. Et sous le Directoire, la légende noire de Robespierre continue de prospérer, les derniers Jacobins pourchassés... et toutes les révoltes populaires méthodiquement matées !

Pour la Troisième République, donc, le choix est simple. Pas question de rappeler au peuple de Paris, humilié et massacré lors des journées de juin 1848, sous la Deuxième République, puis de la Semaine Sanglante, qu'il a joué un rôle crucial dans la Révolution... Il faut des meneurs, qui légitiment la démocratie représentative, qui peine à s'imposer dans les urnes, jusqu'en 1876...

Ce sera donc Danton, le héros de la République bourgeoise... et Robespierre le sanguinaire, quand bien même Danton a déclaré la Patrie en Danger et fondé le Tribunal Révolutionnaire !

Un parti pris toujours en action... En 1989, lors des grandes commémorations du bicentenaire, le film « La Révolution Française », qu'ont vu de très nombreux potaches sur les bancs du collège, consacre toute sa seconde partie à l'opposition des deux hommes. Le film s'achève d'ailleurs sur des mots de Danton : « Nous n'aurons pas vécu en vain »...


Alors, qu'en est-il de Danton... Finalement, ce qu'écrit l'historien Gérard Walter, en 1986, semble assez juste :

« Que demandons-nous à Danton? Est-ce de savoir combien d’argent il a gagné au cours de sa carrière politique, et comment ? Ou quels sont les services qu’il a rendus à la Révolution ? Si l’on entend le juger sous ce dernier rapport, ce n’est pas le bilan de sa fortune qu’il y a lieu de dresser, mais celui de ses actes. Si celui-ci, en fin de compte, est en mesure d’établir que l’activité de Danton a contribué effectivement au triomphe de la Révolution, peu importe s’il a reçu de la Cour ou ailleurs, 30 000 livres, ou 300 000, ou même 3 millions. Par contre, s’il avait été démontré qu’il n’eût jamais touché un sol de personne, mais qu’il ne fut pas le sauveur de la France révolutionnaire à l’époque où les Allemands et les émigrés marchaient sur Paris, on aurait bien le devoir de le proclamer « grand honnête homme », mais aussi celui de le rayer définitivement du nombre des grands révolutionnaires. »


Une figure de la Révolution, parmi d'autres, grand orateur, qui sut répondre à l'urgence des menaces étrangères sur la Révolution, certes, mais corrompu et opportuniste, incontestablement.

Et que les débats autour de ces grandes figures révolutionnaires ne nous fassent pas oublier que sans l'irruption du peuple dans l'histoire, en 1789, puis en 1792, sans la détermination du peuple, sans nous, point de Révolution !

Tag(s) : #Révolutions

Partager cet article

Repost 0