Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonnie & Clyde, scène finale

L'histoire du couple légendaire n'est pas une histoire romantique...

C'est celle de la Grande Dépression, et de la misère qu'elle engendre dans les années Trente aux Etats-Unis.

Après le krach bousier du Jeudi Noir de Wall Street, le 24 octobre 1929, l'American Dream s'effondre avec fracas, pour les ouvriers et les farmers, mais aussi pour les "classes moyennes" paupérisées, employés, petits propriétaires incapables de rembourser leurs prêts...

Les files des soupes populaires sont interminables; les expulsions se multiplient, les foyers d'hébergement sont surpeuplés. Le nombre de vagabonds croît inexorablement et, les Clochards Celestes de Kerouac, sillonnent l'Amérique cachés dans les wagons à bestiaux, en quête d'un job.

Bonnie & Clyde, scène finale

Pour survivre, certains deviennent cascadeurs aériens, ou participent aux marathons de danse, quitte à en mourir d'épuisement.

La violence des rapports sociaux se répercute sur la criminalité, une voie parmi tant d'autres, pour des millions d'Américains affamés...

En 1933, lorsque Roosevelt devient président, près de 25% de la population active est au chômage.

Les manifestations de la faim sont nombreuses, tandis que les Farmers brûlent leurs récoltes plutôt que de les vendre pour rien, les prix agricoles ayant chuté de 60%.

Jamais les communistes américains n'ont été aussi influents, malgré la défiance fondatrice de la nation américaine à l'égard de l'état, et l'attachement à la libre-entreprise. 100 000 Américains demandent même l'asile politique en URSS...

Et les consignes des autorités au cinéma hollywoodien sont strictes : aucun scenario pessimiste n'est tolérable, les personnages doivent triompher de leurs difficultés, et la Happy End est une règle absolue.

Bonnie & Clyde, scène finale

Happy End... Ce n'est pas ainsi que finit l'histoire de Bonnie Parker et de Clyde Barrow...

Ces deux-là sont les allégories vivantes de la société américaine, touchée au coeur par la crise et la misère.

Né en 1909, Clyde est issu d'une famille nombreuse de paysans, émigrés à Dallas en 1920. Il grandit dans un bidonville, West Dallas, où son père parvient à acheter une tente pour y loger femme et enfants. De petits larcins en attaques à mains armées, il est arrêté une première fois à l'âge de 17 ans, et est emprisonné en 1930, après sa rencontre avec Bonnie. Cette année-là, en prison, il tue un de ses co-détenus qui, semble-t-il, avait essayé d'abuser de lui.

Bonnie est née en 1910, et a grandi dans une famille de la "middle class" américaine, dans une banlieue ouvrière de Dallas. Excellente élève, elle écrit beaucoup, sait parler, mais quitte l'école pour se marier, à quinze ans, avec Roy Thornton, dont elle ne divorcera jamais, et continuera à porter l'alliance. Lorsque Roy est emprisonné pour braquage, elle rencontre Clyde, en janvier 1930.

Bonnie & Clyde, scène finale

A la libération de Clyde, le couple commence son équipée sauvage par le vol d'une voiture, mais, rattrapé par la police, le jeune homme doit passer de nouveau un séjour derrière les barreaux.

A sa sortie, déterminés à ne plus se laisser prendre, Bonnie and Clyde, à la tête d'une petite bande, enchaînent les braquages, tuant deux policiers à Grapevine, Texas, en avril 1934.

Rapidement, leur légende s'étale dans la presse...

D'autant que Bonnie aime la mise en scène, dans cette société du spectacle naissante. Elle écrit à la presse, envoie des photos, où elle pose armes à la main avec Clyde, ou seule, élégante et jolie, fumant le cigare...

En s'en prenant aux banques, Ils incarnent le sentiment de rejet de toute une société sacrifiée par la finance. Entre fascination et répulsion, leur histoire s'étale dans les journaux du Texas, et du pays entier.

Déterminés à avoir leur peau, la police leur tend une embuscade à Paroisse Bienville, en Louisiane, informés que le couple s'apprête à attaquer une banque d'Arcadia.

Le 23 mai 1934, à 9 heures du matin, dès que la voiture de Bonnie and Clyde apparaît sur la petite route, la fusillade commence, à coups de fusils à pompe et de pistolets-mitrailleurs.

Et leurs corps sont exposés au public, pour authentifier l'exploit des policiers...

Bonnie a écrit elle-même sa propre légende, dans son poème, the Trail's End :

The Trail's End

You've read the story of Jesse James
of how he lived and died.
If you're still in need;
of something to read,
here's the story of Bonnie and Clyde.

Now Bonnie and Clyde are the Barrow gang
I'm sure you all have read.
how they rob and steal;
and those who squeal,
are usually found dying or dead.

There's lots of untruths to these write-ups;
they're not as ruthless as that.
their nature is raw;
they hate all the law,
the stool pidgeons, spotters and rats.

They call them cold-blooded killers
they say they are heartless and mean.
But I say this with pride
that I once knew Clyde,
when he was honest and upright and clean.

But the law fooled around;
kept taking him down,
and locking him up in a cell.
Till he said to me;
"I'll never be free,
so I'll meet a few of them in hell"

The road was so dimly lighted
there were no highway signs to guide.
But they made up their minds;
if all roads were blind,
they wouldn't give up till they died.

The road gets dimmer and dimmer
sometimes you can hardly see.
But it's fight man to man
and do all you can,
for they know they can never be free.

From heart-break some people have suffered
from weariness some people have died.
But take it all in all;
our troubles are small,
till we get like Bonnie and Clyde.

If a policeman is killed in Dallas
and they have no clue or guide.
If they can't find a fiend,
they just wipe their slate clean
and hang it on Bonnie and Clyde.

There's two crimes committed in America
not accredited to the Barrow mob.
They had no hand;
in the kidnap demand,
nor the Kansas City Depot job.

A newsboy once said to his buddy;
"I wish old Clyde would get jumped.
In these awfull hard times;
we'd make a few dimes,
if five or six cops would get bumped"

The police haven't got the report yet
but Clyde called me up today.
He said,"Don't start any fights;
we aren't working nights,
we're joining the NRA."

From Irving to West Dallas viaduct
is known as the Great Divide.
Where the women are kin;
and the men are men,
and they won't "stool" on Bonnie and Clyde.

If they try to act like citizens
and rent them a nice little flat.
About the third night;
they're invited to fight,
by a sub-gun's rat-tat-tat.

They don't think they're too smart or desperate
they know that the law always wins.
They've been shot at before;
but they do not ignore,
that death is the wages of sin.

Some day they'll go down together
they'll bury them side by side.
To few it'll be grief,
to the law a relief
but it's death for Bonnie and Clyde.

Bonnie Parker

Tag(s) : #Poèmes !

Partager cet article

Repost 0