Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1381, à l'assaut de Londres !

Lorsque nos voisins grand-bretons se révoltent, ils le font proprement, et avec une détermination certaine...

Le 30 mai 1381 éclate, dans le comté d'Essex, la Grande Révolte des Paysans.

Le contexte et les causes de cette insurrection paysanne, puis bourgeoise, sont assez semblables à celles de la Grande Jacquerie de 1358, en France,

http://lacontrehistoire.over-blog.com/1358-les-jacques-voient-rouge

La Grande Peste a fait son oeuvre de mort, et les campagnes sont exsangues, passant d'une économie de "monde plein" à celle d'une "monde vide", dans lequel la main d'oeuvre est rare et recherchée, tandis que la bourgeoisie urbaine continue son ascension. L'air de la vile rend libre, alors que les conditions du servage se durcissent, dans les comtés anglais.

La Guerre de Cent ans engendre une pression fiscale difficile à supporter, et ce sont les levées d'impôts abusives qui mettent le feu aux poudres.

1381, à l'assaut de Londres !

En revanche, l'originalité anglaise réside dans la dimension idéologique et religieuse de la rébellion.

En effet, John Wyclif et ses partisans, les Lollards prêchent dans tout le royaume une doctrine qui remet en cause la richesse de l'Eglise et des nobles, gagnée sur l'exploitation du travail des paysans. La doctrine se diffuse grâce aux Beghards, les moines errants qui sillonnent le royaume, tels John Ball , et peut-être Jack Straw, un autre meneur de la révolte.

Ainsi s'exprime John Ball, poète et prédicateur, à la fin du XIVe siècle :

" De quel droit ceux qui s'appellent seigneurs, dominent-ils sur nous ? À quel titre ont-ils mérité cette position ? Pourquoi nous traitent-ils comme des serfs ? Puisque nous descendons des mêmes parents, Adam et Ève, comment peuvent-ils prouver qu'ils valent mieux que nous, si ce n'est qu'en exploitant nos labeurs, ils peuvent satisfaire leur luxe orgueilleux ? "

Au début de 1381, Ball est arrêté par l'archevêque de Cantorbéry, et déclare, confiant, que 20 000 insurgés viendront bientôt le libérer...

Il se trompe : ils seront 100 000.

«When Adam delved and Eve span,
Who was then a gentleman? »

«Quand Adam bêchait et Ève filait
Qui était le gentilhomme? »

John Ball, poète et prédicateur révolutionnaire, sermon prononcé à Blackheath

1381, à l'assaut de Londres !

C'est en Essex, à Brentwood, que la révolte commence, où un officier royal provoque la colère des paysans, en prélevant par la force les taxes impayées, et s'étend rapidement au Kent, au Norfolk, au Sussex... Dans le Kent, Wat Tyler, qui a tué un collecteur à coups de marteau, après qu'il ait tenté de violer sa fille, prend la tête du mouvement.

Aguerri par son expérience de soldat, Tyler prépare la campagne en véritable stratège, veillant notamment au secret des préparatifs, et punissant les pillards. L'insurrection est coordonnée et se donne pour objectif la conquête du siège du pouvoir central.

En quelques jours, Catorbéry est prise. C'est une véritable armée de paysans qui convergent sur Londres, libérant au passage les détenus des prisons, et pendant les juges.

John Ball libéré, s'allie à Tyler, et le 10 juin, devant la capitale, ils sont 100 000 à réclamer une entrevue avec le roi, Richard II, âgé de 15 ans. La surprise est totale, et lorsque le jeune roi part à la rencontre des paysans, il est si effrayé de leur nombre qu'il fait volte-face.

Alors, les paysans prennent Londres d'assaut, bientôt rejoints par les petits artisans et commerçants londoniens. Les cibles choisies révèlent la planification de l'assaut : Treasurer's Highbury Manor, le palais de Savoie, où vit le régent, les prisons. Les registres administratifs sont brûlés, puis, le 14 juin, la Tour de Londres, où s'est réfugié le roi, qui s'échappe de justesse. L'évêque de Cantorbéry, en revanche, est tué pendant l'attaque.

1381, à l'assaut de Londres !

Le roi, aux abois, est contraint d'accepter les négociations. Le 15 juin 1381, Wat Tyler se rend seul à l'entrevue, et exige l'abolition du servage, des taxes injustes, et du privilège nobiliaire de la chasse et de la pêche. Mais insulté par le Lord-Maire de Londres, William Walworth, il le frappe mais périt dans l'affrontement.

Le roi, tente de gagner du temps, et d'éviter l'explosion de colère qui ne manquerait pas de provoquer sa chute : il affirme avoir adoubé Tyler, puis l'accuse d'avoir tenté de l'assassiner. Les paysans ne sont pas dupes

Pendant ce temps, les troupes royales, fortes de 8000 hommes, sous les ordres de Robert Knolles, arrivent à la rescousse. Près de 1500 insurgés périssent, les survivants se dispersent, tandis que le Lord-Maire entreprend le nettoyage de Londres, exécutant les derniers leaders de la révolte. Jusqu'au 30 août, la répression se poursuit dans tous les comtés du royaume, s'appuyant notamment sur les évêque. Ainsi, à Norwich, l'évêque fait exterminer tous ceux qui ne périssent pas pendant la bataille.

John Ball est débusqué dans un monastère, écarté puis pendu, quelques semaines après la mort de Wat Tyler...

Si la Peasants' Revolt de 1381 inspire longtemps les poètes anglais, et stimule l'émergence d'une littérature populaire, son échec fait taire pour longtemps les revendications paysannes, en Angleterre.

1381, à l'assaut de Londres !

Jesse Russell et Ronald Cohn, Peasants' revolt, Londres, avril 2012

Tag(s) : #Révolte, #Répression

Partager cet article

Repost 0